Archives de l’auteur : Lionel Croissant

Spectacle à venir: « Vae Victis »

La compagnie Déclic viendra au lycée le 6 janvier 2022 pour deux représentations de leur spectacle sur la prévention du harcèlement.

VAE VICTIS est une pièce de théâtre qui permet de décrypter les mécanismes, les raisons et les conséquences du harcèlement en milieu scolaire et sur les réseaux sociaux. Elle ouvre aussi des pistes de réflexions sur les moyens d’agir face à ce type de violence :

En expliquant aux témoins le rôle primordial qu’ils ont dans l’arrêt ou le maintien de ce triangle dramatique ;

En présentant les liens et les points communs psychologiques qui peuvent unir le harceleur et sa victime ;

En soulignant le rôle de la parole et du dialogue dans le maintien ou l’arrêt du harcèlement (au niveau des élèves, des équipes pédagogiques, des familles) ;

En évoquant les moyens mis à disposition par la loi ainsi que les structures d’aides existantes vers lesquelles, victime, témoin, harceleur, peuvent se tourner pour se reconstruire et sortir de l’isolement

Toutes les secondes et les premières années de BTS sont concernées. Un travail pédagogique est fait en amont à partir du document ci-dessous.

https://www.lycee-du-bois.com/wp-content/uploads/2021/12/Vae-Victis-plaquette-info.pdf

Nos étudiants à l’ENSAL de Lyon

24 novembre : présentation des avant-projets

Après leur première rencontre au lycée avec les étudiantes et étudiants en architecture de l’ENSAL (Ecole Nationale d’Architecture de Lyon), c’était cette fois-ci au tour de la classe de TS1 SCBH ALT de faire le déplacement dans la région voisine. Cette journée était l’occasion pour les étudiants architectes de Lyon et les élèves de BTS de Mouchard de se revoir après presque deux mois de travail à distance par visio-conférences et autres réseaux. Arrivés en début de matinée sur le site de l’ENSAL à Vaulx-en-Velin, les élèves jurassiens ont profité d’une visite guidée des locaux de l’école. Visite menée par Jean-François Perretant et Amilcar Dos Santos, tous deux architectes et enseignants à l’ENSAL.

La matinée s’est poursuivie par deux conférences, abordant le sujet de la construction en bois selon deux approches différentes. Sous l’angle technique tout d’abord avec l’intervention de Pierre Bregeon, ingénieur d’études et conception chez Arborescence, un bureau d’étude spécialisé dans les structures bois. Puis une lecture environnementale de l’architecture et de ses impacts par Alain Vargas, architecte co-fondateur de l’agence Tectoniques. A travers des exemples de construction variés, les notions de matériaux biosourcés, de construction en résonnance avec le milieu, et d’adaptation aux besoins ont été abordées par Alain Vargas.

S’inspirer de l’architecture vernaculaire en « construisant avec un maximum d’intelligence et un minimum de moyens ». Alain Vargas

Enfin, l’après-midi a été consacré à la présentation des différents projets par les 12 groupes d’élèves. Chacun disposait de dix minutes pour défendre son projet à l’aide d’un diaporama et d’une maquette réalisée par les étudiants de l’ENSAL. Pertinentes et réfléchies, les propositions des étudiants témoignent de la synergie à l’œuvre au sein de chaque groupe et de la maturation de leurs idées. À ce stade d’avant-projet, si certains aspects restent encore à affiner, les étudiants ont démontré leur prise en compte du programme architectural, du paysage mais aussi des usagers du Musée. Si le projet est encore loin de son aboutissement, la coopération visible à cette date entre élèves architectes et apprentis techniciens est déjà un succès en soi.

Brasil, Brasil, Tudo ben…

[Cet article doit être lu au son de The girl from ipanema d’Antônio Carlos Jobim]

Le lycée du bois vous offre durant l’année scolaire, une occasion unique de voyager à travers le monde sans partir de Mouchard. Entre chaque vacance scolaire, un pays est mis à l’honneur. 

Nous avons commencé avec le Japon. Un pays riche d’une culture ancestrale encore très vivante et pourtant totalement tourné vers le futur (robotique, électronique…). Le bois est un matériau largement utilisé avec des savoir-faire incroyables (assemblages, Shou-sugi-ban, Daîsugi, Yosegi…).

En ce moment nous avons posé les valises au Brésil jusqu’à noël. Un autre grand pays du bois avec l’Amazonie qui couvre près des deux tiers du territoire. Rappelons que le nom de ce pays provient d’un arbre : le Permambouc ou Pau-Brasil

Mais ici l’histoire est un peu différente. Contrairement au Japon, c’est un pays jeune, construit par la dure conquête de territoires sauvages, immenses, difficiles et cependant habités. Parler de ce pays est plus complexe car il offre des contrastes puissants et pas forcément valorisants. 

Vous pouvez commencer par les lieux communs (panneaux dans le couloir de l’internat). Ils sont nombreux : Rio, la musique, la danse, les plages le soleil, la violence et le foot. Comme toujours, ils comportent une part de vérité mais aussi une belle part de phantasmes et d’exagérations. Pour revenir à la réalité il y a des chiffres. Le Brésil est un pays dynamique sur le plan agricole et industriel, mais avec des écarts énormes sur le plan social. Une masse de gens pauvres, une classe moyenne qui émerge avec difficulté et des gens très très riches et peu nombreux. Mais les brésiliens semblent souvent rester positifs, en s’appuyant sur l’esprit du jeitinho : il y a toujours un moyen de s’en sortir ou de s’arranger.

C’est ce que l’on verra à travers l’exemple des favelas. Ces lieux de vie, principalement associés à la violence, sont aujourd’hui en pleine transformation/mutation, sous l’impulsion des habitants et d’acteurs culturels. (voir le travail JR et de Vik Muniz)(murs cafétéria élève)

Ensuite vous avez une présentation des peuples premiers qui essayent de survivre dans une amazonie de plus en plus sous pression. La déforestation est LE sujet qui fâche, qui divise, qui inquiète et il dépasse largement le cadre brésilien. (panneaux du self et ceux du couloir entre le hall et le CDI). En parlant du CDI, n’oubliez pas d’aller voir la revue de presse que Mme Duflos notre documentaliste, prépare chaque semaine.

Enfin vous pourrez découvrir (au troisième, salle 352) le travail des frères CAMPANA, 2 designers brésiliens qui utilisent des matériaux recyclés, dans l’esprit « débrouille » de ce peuple dynamique.

Le voyage se poursuit avec le ciné-club (tous les mercredis soirs à 20h) : Vous avez pu voir l’homme de Rio de philippe de Broca avec JP Belmondo. Ensuite il y a eu Mission De Roland Jaffé. Ce mercredi est diffusé le magnifique documentaire Waste Land consacré au travail de Vik Muniz. Enfin la semaine prochaine se sera la forêt d’émeraude de John Boorman. Un film d’aventure construit à partir de l’histoire vraie d’un enfant enlevé puis éduqué par des indiens. 

Vous pouvez aussi rejoindre tous les mercredis et les jeudis soirs l’atelier maquette pour construire une favela.

Enfin n’oublions pas le self qui nous prépare pour la fin de l’année un repas brésilien. 

Le Brésil dans tous les sens…

Bon voyage.